×
essais texte

HOW TO SHOP

1 Login or create new account.
2 Review your order.
3 Payment & FREE shipment

If you still have problems, please let us know, by sending an email to support@website.com . Thank you!

SHOWROOM HOURS

Mon-Fri 9:00AM - 6:00AM
Sat - 9:00AM-5:00PM
Sundays by appointment only!

VOUS AVEZ OUBLIÉ VOS IDENTIFIANTS ?

 

Histoire de la cité de Carcassonne

 

Les origines.

Il y a longtemps que les hommes ont compris que ce rocher, aux bords de l'Atax (aujourd'hui l’Aude), se trouve sur une position stratégique. Entre la Montagne Noire et les Pyrénées, Carcassonne est sur l'axe de communication entre l'océan Atlantique et la mer Méditerranée.
VI ème siècle avant J.-C. : premières traces de civilisation à Carcassonne.
Les fouilles archéologiques ont mis à jour les restes d'un oppidum : cabanes de pisée (maçonnerie faite de terre argileuse, délayée avec des cailloux, de la paille et comprimée) ou de clayonnage (assemblage de pieux et de branches d'arbres pour le toit).
Vers 300 avant J.-C. : Les Volces-Tectosages, peuple venu d'Europe centrale, soumettent les Ibères du Languedoc et s'installent à Carcassonne.
On ne connaît que très peu de choses sur ce peuple. D'après le géographe Strabon, ils craignaient les Dieux et pour implorer leur protection accumulaient des quantités importantes d'or ou d'argent. Malgré leur or, les Volces-Tectosages bannissaient le luxe de leur vie. Ils cultivaient des céréales dont les grains étaient broyés sur des meules à va et vient ou à roue. Ils élevaient des chèvres, des moutons, des porcs, chassaient le cerf, le sanglier et le petit gibier dans les Corbières.

Epoque romaines et invasions barbares.

En 122 avant J.-C., les romains s'installent vainqueur à Carcassonne et gouvernent seuls dans le Narbonnais.
En 70 avant J.-C., Carcassonne est placée au nombre des cités nobles ou élues.
La via domitia passe aux pieds de la route du vin, de l'étain venant de Cornouaille en échange d'amphores, de céramiques (on a découvert une véritable usine romaine d'amphores près de Narbonne, à Sallèle d'Aude.), ... Lorsqu'on se promène dans les lices (entre les 2 murailles), on peut voir les restes des constructions gallo-romaines. Il s'agit des fondations de l'actuelle muraille intérieure dont la maçonnerie est faite de petites pierres souvent interrompues par des chaînages de briques qui devaient permettre de rattraper le niveau et d'assurer à l'ensemble une meilleure cohésion. Cette muraille est encore flanquée de tours gallo-romaines.
En 350, les francs s'emparent de la ville qui est très vite reprise par les romains.
C'est l'époque des grandes invasions : la terreur règne, il devient urgent de fortifier la ville, ce qui n'empêche pas les wisigoths de gagner le Narbonnais en 407 et de prendre Carcassonne en 436. C'est la grande occupation des wisigoths dont leur roi est Théodoric : on les trouve en Provence, en Aquitaine et en Septimanie qui restera leur dernière possession en Gaule avec l'Espagne. L'occupation wisigothe n'a laissé que de maigres traces dans l'Aude : quelques objets (boucles de ceinture en bronze, gravées ou ornées de décors cloisonnés en verroterie), et surtout dans la toponymie (les noms de lieux en -ens: Pezens, Couffoulens, Sauzens, etc.).
Les wisigoths n'étaient pas des constructeurs, on leur attribue, à tort, la construction de tours qui sont en réalité les tours gallo-romaines. Par contre, suite aux batailles qui occasionnèrent des dégâts, la reconstruction de ces tours a été effectivement réalisée par les wisigoths. Ils ont recopié, sans imposer de style particulier.

En 508 (ou 507?), Clovis lance une campagne contre les wisigoths et s'empare de Toulouse et du trésor provenant du pillage de Rome en 410 par Alaric, alors roi des wisigoths. C'est en vain que Gondebaud (roi des burgondes), missionné par Clovis pour réduire les nids de résistances en Septimanie et occuper Narbonne, assiégea Carcassonne.
Clovis réussit à unifier la Gaule à l'exception de la Septimanie dont l'une des portes est Carcassonne. On connaît la suite de l'histoire Mérovingienne: les maires du palais prennent de plus en plus d'importance au point de créer une nouvelle dynastie, les Carolingiens. Le fondateur de cette nouvelle dynastie est Pépin de Landen, dit Pépin le Vieux (mort en 640), Charlemagne (742 - 814) en est l'un des plus illustre Roi.
En 584, le roi Gontran, qui ne peut admettre l'étendue des wisigoths jusqu'à meilleurs soldats.
La forteresse opposait déjà une résistance puissante et pouvait tenir un long siège.

D'après G. Bordonove, Carcassonne aurait été prise et Reccared, roi des wisigoths, l'aurait reprise!
Au début du VII ème siècle, c'est contre les assauts des sarrasins que Carcassonne se défend et en 725 les arabes s'installent dans la ville. En 759, sous l'impulsion de Pépin le Bref (père de Charlemagne), Ils seront chassés de Septimanie et repasseront les Pyrénées. Cette période sarrasine inspire aux auteurs du moyen-âge la légende de Dame Carcas dont Charlemagne est le héros, ce qui est une erreur chronologique. 

Le moyen-age.

Jusqu'au XIème siècle on ne trouve pas de trace de nouvelles constructions dans la cité, mais à partir de la fin de ce siècle, des travaux importants vont être effectués.
C'est le début de la féodalité: en 1082 Bernard Aton Trencavel, vicomte d'Albi, de Nîmes et de Béziers, se proclame vicomte de Carcassonne au détriment de la maison de Barcelone, ayant acheté les droits de successions du Carcassés et du Razés qui ne réagissent pas. Trencavel réussit à s'imposer.
La cité est alors divisée en 16 châtellenies : une partie de l'enceinte, comprenant en général 1 ou 2 tours, est placée sous la responsabilité d'un noble fidèle.
Deux bourgs sont rattachés à la ville: Saint-Michel et Saint-Vincent.
Carcassonne est une ville prospère et riche en cette période : les taxes de passage des marchands ambulants sont élevées, parfois atteignant la moitié de leurs produits!
C'est durant cette période que s'installe une nouvelle religion, faisant beaucoup d'adeptes : le catharisme.
Carcassonne s'enrichit: près de 50% de taxes (sur leurs produits) étaient prélevées sur les marchands ambulants.

1096: le pape Urbain II bénit les matériaux qui serviront à la construction de la cathédrale Saint-Nazaire.
1130: construction du château, réparation des murailles gallo-romaines.
1209 (1er août): siège de Carcassonne par les croisés (croisade contre les cathares). Après 15 jours, Raimond Roger Trencavel se soumet à Simon de Montfort et meurt de dysenterie en prison (version officielle ...).
1240: le fils de Trencavel veut reprendre la ville de son père mais échouera après 24 jours de siège. Les habitants du bourg Saint-Vincent furent brûlés pour trahison. Le bourg sera détruit.
1248: Carcassonne fait donc partie du domaine royal. Saint-Louis, qui ne veut plus de guerre avec de longs sièges, fortifie Carcassonne en construisant une deuxième muraille. Carcassonne tel que nous la connaissons vient de naître.
Il permet aux habitants, de retour, de construire une ville en dehors de la cité: il y aura 2 paroisses: Saint-Vincent et Saint-Michel, en souvenir des 2 bourgs.
La cité connaît alors des modifications importantes: Philippe III, dit le Hardi, lors de la guerre avec le roi d'Aragon, continue les ouvrages de son père.
Construction de:
- la porte Narbonnaise
- la tour du Trésau
- la porte Saint-Nazairre et toute la partie de l'enceinte environnante
- réparation de certaines tours gallo-romaines
- la barbacane du château

Toutes ces constructions sont facilement reconnaissables à l'emploi des pierres à bossage.
La cité fut dès lors considérée comme imprenable. Le fait est qu'elle ne fut point attaquée depuis et n'ouvrit ses portes au Prince Noir, en 1355, que lorsque tout le Languedoc se fut soumis à ce conquérant qui mit à sac la ville basse.

La restauration

Au XVIIIème siècle, la cité de Carcassonne subit le même sort que tous les monuments du moyen-âge : l'abandon.
L'abandon officiel est prononcé en 1802 : l'administration militaire se décharge alors d'un poids inutile. La cathédrale Saint-Nazaire et Saint-Celse n'est plus qu'une basilique, l'évêque s'installe à Saint-Michel dans la ville basse.
On se servait des pierres provenant des crénelages pour construire çà et là des petites bâtisses prenant appuis sur les murailles des 2 enceintes.

Les toitures des tours se délabrent. Certaines de ces tours deviennent des garages, des caves, des ateliers, …

Le pire: un décret de 1850 livre l'ensemble des fortifications à la pioche des démolisseurs.

Jean-Pierre Cros-Meyrevieille sauvera la cité de la destruction. Grâce à lui, à Mérimée et surtout à l'architecte Viollet-le-Duc, la ville médiévale de Carcassonne passe sous l'autorité de "l'administration des beaux-arts". C'est alors que commence la restauration du monument, déjà entamé en 1844 par l'église Saint-Nazaire.

En 1853 commencent les travaux de restauration des fortifications.
Les créneaux sont minutieusement reconstitués, les toitures sont refaites, quelques voûtes consolidées, ... Près de 15 % du monument est ainsi remis en état.

Même si cette restauration enlève l'authenticité du monument, on doit beaucoup à Viollet-le-Duc dont l'œuvre se poursuivra après sa mort en 1879 par son élève Boeswillwald et ensuite par l'architecte Nodet.

Epoque contemporaine.

1997 (décembre): la cité est classée au patrimone mondial par l'UNESCO.

 

Légende

L'histoire dit que l'armée de Charlemagne était aux portes de la Cité aux prises des Sarrasins. Une princesse était à la tête des chevaliers de la Cité après la mort de son mari. Il s'agit de la princesse Carcas. Le siège dura 5 ans.

Mais au début de la sixième année, la nourriture et l'eau se faisaient de plus en plus rares. Dame Carcas voulut faire l'inventaire de toutes les réserves qui lui restaient. Les villageois lui amenèrent un porc et un sac de blé. Elle eut alors l'idée de nourrir le porc avec le sac de blé puis de le précipiter depuis la plus haute tour de la Cité au pied des remparts extérieurs.

Charlemagne et ses hommes, croyant que la Cité débordait encore de vivres au point de gaspiller un porc nourri au blé, leva le siège. Voyant l'armée de Charlemagne quitter la plaine devant la Cité, Dame Carcas remplie de joie par la victoire de son stratagème décida de faire sonner toutes les cloches de la ville. Un des hommes de Charlemagne s'écria alors « Carcas sonne ! », d'où le nom de la Cité

HAUT